Catalogue > Recherche : "RUN204"

Orkhestra International

Alec K. Redfearn & The Eyesores

The Quiet Room

  • CD
  • Musiques Nouvelles
  • 2005
  • Cuneiform
  • Réf. RUN 204
  • Code OCD/P
  • 17.50 € TTC
Alec K. Redfearn & The Eyesores, The Quiet Room
Compositeur, accordéoniste ou performeur, artiste dérangé comme activiste agité depuis plus de 20 ans, ALEC K. REDFEARN, fut aussi la tête pensante du AMOEBIC ENSEMBLE basé à Providence. Accompagné par THE EYESORES, hydre à douze têtes, il conjugue avec humour et tendresse les influences variées des folklores d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient, des musiques de cirque et un post-rock indéniablement ricain. The Quiet Room est leur quatrième album, cocktail d’harmonies grinçantes et narquoises, pas si tranquilles que ça. « Bienvenue dans une auberge musicale fondée, animée et sans cesse réagencée par un accordéoniste venu de l'état de Rhode Island. Bienvenue dans cette arène virtuelle où se jouent des dramaturgies et kermesses sonores en Technicolor. Condensant dans diverses acrobaties instrumentales influences gitanes, atavismes rock, musique de chambre et ferments électroniques, ce second album révèle un brass-band du troisième type au meilleur de sa forme. Loin d’une énième galéjade arty, cet opus est le fruit d’une articulation méticuleuse et déliée entre écriture d’avant-garde (minimaliste) et langages populaires (de la folk hongroise aux musiques de cirque), formant un bouquet de figures vivantes, parfois dissonantes et hypnotiques, qui tour à tour décoiffent, subjuguent, inquiètent, déroutent ou même amusent la plus exigeante des galeries! Titre emblématique ouvrant l’album,The Night is Rained... évoque le générique de l’émission Strip Tease derrière lequel se glisserait SONIC YOUTH. Rappelant sur l'air d’une valse triste l’atmosphère désenchantée d’un carnaval flamand, il saisit ainsi quelques traits saillants de l’essence humaine dont il transcrit subtilement la savoureuse et déconcertante ambiguité. Bien que voué au domaine très spécialisé des musiques de scène, The Quiet Room propose des grilles de lectures souples et abordables. Snobant les barrières entre les genres, cet album se révèle être au final l’expression la plus “sérieusement fantaisiste” d’une musique émotive en mouvement. » (PHILIPPE DOUSSOT/Octopus)


© Graphisme & développement S. Celotti